Péripéties d’autostoppeurs au Paraguay

26112008

Le voyage continue. Nous avons trouvé notre rythme, tant dans la rédaction des reportages que dans les transports en auto-stop. D’ailleurs, ici, nous découvrons que voyager en stop se dit « viajar a dedo », littéralement « voyager à doigt ».

La traversée du Paraguay sera rapide et intéressante. Les 350km pour aller de la frontière brésilienne se feront avec un seul véhicule, dont le conducteur connait la personne de la fondation Paraguaya que nous venons rencontrer à Asunción, la capitale. Cela facilite les choses pour trouver rapidement ces personnes, qui sont également nos hôtes.

A peine entrés dans le pays, nous découvrons la boisson nationale, omniprésente ! Il s’agit du Tereré. Cousin du maté brésilien, uruguayen ou argentin, il se consomme partout, dans la rue, en voiture, dans la file d’attente des services publics. A ceci près qu’au Paraguay, il se consomme froid, et dans le reste de l’Amérique du sud, chaud. Une paille en bois ou en métal plus ou moins précieux est plongée au coeur d’un récipient gros comme un verre appelé « maté » aussi, remplie des herbes qui constituent le maté ou le tereré. On y verse de l’eau, chaude ou froide, selon le pays, et chacun son tour, on aspire 2 ou 3 gorgées, avant de remplir le récipient à nouveau et de le passer au voisin.

Maté - Tereré
Album : Maté - Tereré

4 images
Voir l'album

C’est ainsi que nous découvrons cette coutume locale dans les véhicules des personnes s’arrêtant pour nous emmener. Parce que si les 350 permiers km pour rejoindre Asunción se font avec un seul véhicule, les 330 suivant, quelques jours plus tard pour aller jusqu’à la frontière argentine vers le Sud, se feront avec 15 voitures, camions, pick-up, bus et autocar. Les tracteurs n’ont pas voulu de nous…

Nous avons pu goûter à nos premières virées en stop à l’arrière d’un camion, dans la benne, les cheveux au vent, ou dans un bus de transport en commun, accueillis par le contrôleur, qui non content de nous faire voyager gratuitement, souhaite à tout prix nous raconter l’histoire de son pays. Passionnant… Une histoire pleine de guerres contre les pays alentours, Brésil, Uruguay et Argentine, dans lesquelles le Paraguay a perdu son accès à la mer, par le Paraná brésilien, et ainsi sa position de pays le plus développé d’Amérique du Sud, pas si longtemps en arrière.

A Asunción, nous avons rencontré plusieurs acteurs de la fundación paraguaya, article à venir sur le site www.nature-propre.org

 







la vie de saisonnier |
madeinthaiklo |
babytraveltour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mundus Antiquitatis
| 2008: Sur les chemins du su...
| Ben & Marion's Australi...