En descendant de l’Altiplano

2 02 2009

L’Altiplano, c’est le froid, les montagnes partout, les couleurs des vêtements des gens, peu de véhicules, du calme, des déchets qui s’envolent avec le vent, faute de structure de collecte et d’élimination ou de recyclage.

Altiplano tranquilo
Album : Altiplano tranquilo

6 images
Voir l'album

Nous voyageons 2 jours en auto-stop virvoltant d’une benne de camion, à un coffre de voiture, en passant par le véhicule d’un passeur de voitures, légal il parait. 1100 km en 30h à 3, un compagnon de route péruvien s’est joint à nous pour l’aventure.

Lima, la capitale du pays, c’est le chaud, entre le désert et l’océan Pacifique, le gris pollué des murs, une agitation permanente dans une mégalopole de plusieurs millions d’habitants, les voitures klaxonnent toujours plus fort, les gens sont pressés et propres.

Nouveau choc. Si le monde  »civilisé » nous accueille avec des dizaines de publicités de 20 m de haut, il nous offre aussi des prix fixes que nous n’avons pas à marchander (avec notre peau blanche, nos cheveux et nos yeux clairs, les prix de l’altiplano peuvent être multipliés par 4), une hygiène raisonnable, des grandes surfaces (inexistantes depuis La Paz, 1000 km plus au sud), des produits emballés tous identiques, du vin et du fromage français, des pains qu’on prend avec des pinces, sans oublié un air abondant mais irrespirable, des heures de transports en commun pour un aller retour banlieues-centre, des trottoirs propres.

Retour à la consommation
Album : Retour à la consommation

4 images
Voir l'album

Il y a des avantages, il y a des inconvénients. Entre les deux mondes que sont l’altiplano et les grandes villes péruviennes de la côte, nous faisons notre chemin en remontant vers le nord à travers tous ces contrastes.

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




la vie de saisonnier |
madeinthaiklo |
babytraveltour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mundus Antiquitatis
| 2008: Sur les chemins du su...
| Ben & Marion's Australi...