• Accueil
  • > Argentine
  • > Les petits et grands problèmes de Buenos Aires, capitale argentine

Les petits et grands problèmes de Buenos Aires, capitale argentine

26 11 2008

Buenos Aires a ses quartiers aussi propres et économiquement développés qu’au centre de Paris. Elle a également des quartiers plus pauvres, plus sales, réputés pour être plus dangereux, bien que rien à voir avec le Brésil.

Buenos Aires
Album : Buenos Aires

7 images
Voir l'album

Si cette ville, nous surprend par sa beauté, ses espaces verts, ses rues rectilignes, nous nous apercevons rapidement qu’une guerre s’y déroule. Celle de la petite monnaie. Explications.

Le réseau de bus est très développé dans la capitale. Plusieurs dizaines de compagnies privées se partagent d’innombrables lignes desservant la ville entière. Tous ces bus fonctionnent bien, on les trouve facilement, et leur cheminement est assez explicite sur les différents panneaux et guides appropriés. Tout parait très bien, seulement pour emprunter ces bus, il faut payer son ticket à bord avec de la monnaie et seulement de la monnaie. C’est ainsi que tous les petits commerces, locutorios (lieu où on trouve internet, et des lignes téléphones à l’international), sont estampillés d’un autocollant « NO HAY CAMBIO, Abonar con monedas ». On vous aura prévenu…

Les gens sont persuadés qu’il n’y a pas de monnaie alors tous la garde avec eux. Après avoir découvert, qu’effectivement ces machines avaleuses de la précieuse monnaie ne prennent pas les billets, nous nous sommes pris au jeu. Nous avons maintenant 5 ou 6 pesos en monnaie pour payer le bus (0.90 peso par voyage par personne, soit 0.22 €).

Il y aurait un marché noir de la monnaie, à tel point qu’il serait possible d’acheter 100 pesos en monnaie pour 150 pesos en billets…

Bien entendu il serait naïf de s’arrêter à ces observations, Buenos Aires comme le reste de l’Argentine a d’autres problèmes que ça. Elle souffre encore de « la crise », la crise économique de 2001, qui couplée à la crise économique des USA se répendant dans le monde entier, entraine une baisse de la consommation, en même temps qu’une inflation assez remarquable.

Pour des européens en voyage, le coût de la vie reste très abordable, surtout question de la viande de boeuf, qu’on peut déguster dans les parillas, restaurant typique argentin, où la viande est reine.

Le thème des enfants disparus lors du régime dictatorial (1976-1983), enlevés aux opposants au régime pour être placés dans des familles de militaire est à la fois un peu tabou, même si de nombreux films (difficile à regarder) sont dédiés à cette page noire de l’histoire du pays.

 

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




la vie de saisonnier |
madeinthaiklo |
babytraveltour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mundus Antiquitatis
| 2008: Sur les chemins du su...
| Ben & Marion's Australi...